Aller au menu | Aller au contenu

En quelques mots

Le projet des Entretiens Albert-Kahn est né de la volonté de Patrick Devedjian, président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, de favoriser une réflexion transversale sur les grandes questions de société, en particulier celles liées à la mondialisation.

Les Entretiens Albert-Kahn proposent :

  • les Entretiens Albert-Kahn, rencontres entre les élus, les agents et les partenaires du Département pour réfléchir de manière décloisonnée et transversale à des sujets de prospective socio-économique et politique; ces conférences sont podcastées et font l'objet de publications ;
  • les Entretiens Albert-Kahn "internes", rencontres destinées aux élus et aux agents du Département pour approfondir des sujets de management et d'innovation ;
  • les Entretiens Albert-Kahn "hors les murs" en partenariat avec des associations ou des institutions en dehors de la Maison Albert-Kahn pour toucher un public plus varié ;
  • les expérimentations en matière d'innovation sociétale (tiers lieux, économie collaborative, renouveau du travail social, agriculture urbaine, évolutions des modes de vie, etc.) qui sont conduites en amont des politiques publiques du Département et lui permette d'anticiper et de s'adapter aux évolutions de la société.

Durant deux jours, le tour de France du télétravail et des tiers-lieux, organisé en partenariat avec le conseil général, fait étape sur le parvis du quartier d’affaires. Au programme : conférences, ateliers et une concrétisation des réflexions menées lors des Entretiens Albert-Kahn.

 

La Défense c'est « trois millions de mètres carrés de bureaux et 170 000 salariés tous potentiellement concernés », a souligné, dans son discours d’ouverture, Marie-Célie Guillaume, directrice général de Defacto, l’établissement public chargé de la gestion et de l’animation du quartier d’affaires. En effet, « selon une étude, 60 % des salariés de La Défense souhaiteraient travailler », a poursuivi Nathanaël Mathieu de LBMG Worklabs, un des organisateurs de ce deuxième Tour de France du télétravail et des tiers-lieux dont les Hauts-de-Seine sont la quinzième étape.

En France, 16,7 % des actifs télé-travaillent, soit plus de quatre millions de personnes. Parmi eux, 80 % travaillent à leur domicile et seulement 6 % dans un tiers-lieu. Télé-centres, espaces de coworking, centres d’affaires…, il en existe plus de six cents en France. Cependant, le télé-travail reste une pratique informelle – dans 80 % des cas, elle se fait en dehors du cadre légal - et ponctuelle. Et si « 70 % des salariés aimeraient télé-travailler, a affirmé Xavier de Mazenod de ZeVillage, autre organisateur de l’événement, la moitié ont déjà essuyé un refus de leur hiérarchie. »

L’objectif du Tour de France est donc d’apporter un éclairage national mais aussi local sur ces nouvelles façons de travailler. Sur le parvis, a été installé, pour deux jours, un tiers-lieu éphémère de 250 m2.

Dans un espace adjacent, sont organisés des conférences et ateliers collaboratifs. La première journée étant consacrée à la problématique de « travailler autrement dans un monde numérique » et la seconde aux « tiers-lieux, laboratoires vivants de la ville de demain ». À cette occasion, Jean Sarkozy, vice-président du conseil général en charge de l’économie sociale et solidaire, participera à une conférence sur l’émergence des tiers-lieux et leur influence sur les territoires. Suite aux réflexions menées lors des Entretiens Albert-Kahn, son laboratoire d’innovation publique, le Département a en effet décidé de mener quatre expérimentations dans les Hauts-de-Seine dont une sur les tiers-lieux.