Aller au menu | Aller au contenu

En quelques mots

Le projet des Entretiens Albert-Kahn est né de la volonté de Patrick Devedjian, président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, de favoriser une réflexion transversale sur les grandes questions de société, en particulier celles liées à la mondialisation.

Les Entretiens Albert-Kahn proposent :

  • les Entretiens Albert-Kahn, rencontres entre les élus, les agents et les partenaires du Département pour réfléchir de manière décloisonnée et transversale à des sujets de prospective socio-économique et politique; ces conférences sont podcastées et font l'objet de publications ;
  • les Entretiens Albert-Kahn "internes", rencontres destinées aux élus et aux agents du Département pour approfondir des sujets de management et d'innovation ;
  • les Entretiens Albert-Kahn "hors les murs" en partenariat avec des associations ou des institutions en dehors de la Maison Albert-Kahn pour toucher un public plus varié ;
  • les expérimentations en matière d'innovation sociétale (tiers lieux, économie collaborative, renouveau du travail social, agriculture urbaine, évolutions des modes de vie, etc.) qui sont conduites en amont des politiques publiques du Département et lui permette d'anticiper et de s'adapter aux évolutions de la société.

Savoir comprendre les jeux politiques d’une organisation, décrypter les intérêts, les enjeux et les positions des différents interlocuteurs, ces thèmes étaient les sujets au centre des derniers Entretiens Albert-Kahn.

« Les managers sont au cœur de jeux politiques complexes qui dépassent souvent les frontières de leur organisation. Ils ont besoin de maîtriser cette dimension politique pour savoir comment naviguer dans le jeu social », a précisé Carine Dartiguepeyrou, secrétaire générale des Entretiens Albert-Kahn. Annabel-Mauve Adjognon, docteur en sociologie des organisations a aiguillé le public sur le comportement à adopter afin de résoudre des problèmes concrets rencontrés dans la vie professionnelle. « Il s’agit d’aider les gens sans les forcer à renier leur sens éthique et leurs valeurs », a t-elle expliqué.

À travers des petits groupes de réflexion ou des exemples concrets piochés dans des entreprises privées et publiques, les participants ont évoqué leurs propres expériences et ont testé leur intelligence émotionnelle, c’est-à-dire leur connaissance de soi et des autres et leur comportement dans le cadre professionnel. « Le meilleur moyen de savoir détecter les enjeux des autres, c’est de les connaître. Il faut aussi voir comment les autres perçoivent la situation, et s’adapter », a précisé Annabel-Mauve Adjognon.

Pour en savoir plus, consultez le programme