Aller au menu | Aller au contenu

En quelques mots

Le projet des Entretiens Albert-Kahn est né de la volonté de Patrick Devedjian, président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, de favoriser une réflexion transversale sur les grandes questions de société, en particulier celles liées à la mondialisation.

Les Entretiens Albert-Kahn proposent :

  • les Entretiens Albert-Kahn, rencontres entre les élus, les agents et les partenaires du Département pour réfléchir de manière décloisonnée et transversale à des sujets de prospective socio-économique et politique; ces conférences sont podcastées et font l'objet de publications ;
  • les Entretiens Albert-Kahn "internes", rencontres destinées aux élus et aux agents du Département pour approfondir des sujets de management et d'innovation ;
  • les Entretiens Albert-Kahn "hors les murs" en partenariat avec des associations ou des institutions en dehors de la Maison Albert-Kahn pour toucher un public plus varié ;
  • les expérimentations en matière d'innovation sociétale (tiers lieux, économie collaborative, renouveau du travail social, agriculture urbaine, évolutions des modes de vie, etc.) qui sont conduites en amont des politiques publiques du Département et lui permette d'anticiper et de s'adapter aux évolutions de la société.

Vendredi 3 juin, un séminaire, destiné aux agents du Département, était organisé dans le cadre des Entretiens Albert-Kahn, le laboratoire d'innovation publique des Hauts-de-Seine. Bilan et partage d'une expérimentation sociale novatrice.

Peut-on accompagner différemment les usagers qui se rendent dans les services sociaux du Département ? « L’efficacité collective doit être un moteur permanent, a souligné Patrick Devedjian qui a rappelé que le Département consacrait 849 M€ aux dépenses sociales, soit 55 % des dépenses de fonctionnement. Je crois à la relation de proximité, avec une administration humaine, notre vocation est de faire du sur-mesure. » Organisé par Carine Dartiguepeyrou, secrétaire générale des Entretiens Albert-Kahn, ce séminaire « Pour un renouveau des pratiques d’accompagnement social » a présenté aux agents du Département une expérimentation de nouvelles techniques d’entretien pour les travailleurs sociaux et un guide des initiatives collaboratives au service du travail social. Trois objectifs étaient poursuivis : écouter les bénéficiaires de l’aide sociale, voir comment l’économie collaborative pouvait compléter l’action des travailleurs sociaux et mieux coordonner les services en interne.

Sortir de l’isolement

« Il faut expérimenter, quitte à se tromper, a expliqué Carine Dartiguepeyroux en introduction. Notre objectif est de renforcer nos accompagnements sociaux. On observe de nouveaux acteurs et de nouvelles expressions de la pauvreté. Il faut les prendre en compte et évoluer. » La matinée a été consacrée à la présentation de l’expérimentation d’une grille d’entretien auprès de travailleurs sociaux du pôle Solidarités. Animée par Annabelle Got, conseillère en économie sociale et familiale à l’Edas - Espace départemental d’actions sociales - d’Issy-les-Moulineaux-Vanves dans le cadre de son master, ces entretiens ont permis d’identifier un besoin majeur : la nécessité pour les usagers de sortir de leur isolement et de trouver le bon réseau social pour rebondir professionnellement.

Un nouveau guide

Trois grands enseignements ont émergé : tout d’abord, le besoin des usagers est plus large que le simple problème financier, ensuite il faut davantage prendre en compte les problèmes de santé, notamment liés à l’alimentation, et enfin, les usagers ont pu exprimer ce qu’ils attendaient vraiment des pouvoirs publics : des services sociaux plus facilement accessibles et facilitateurs de liens et d’échanges, avec un vrai rôle d’animation de réseaux.
L’après-midi a été consacré à la présentation du « Guide des initiatives collaboratives au service du travail social », un annuaire, élaboré par le pôle Attractivité et Emploi du Département, qui recense de nombreux acteurs de l’économie collaborative dont les actions sont susceptibles d’appuyer le travail social effectué dans les Edas : tiers-lieux, épiceries solidaires, plateformes d’échanges de services et d’entraide, jardins partagés, etc. Une table ronde a réuni quelques uns de ses acteurs qui ont présenté leurs initiatives et ont échangé avec des travailleurs sociaux. Marie-Laure Godin, vice-présidente chargée des Affaires sociales, des Solidarités et de l’Insertion, a conclu cette journée devant une salle d’agents très motivés par la perspective d’innovations majeures dans le travail social.