Aller au menu | Aller au contenu

Georges Siffredi, Président du Département des Hauts-de-Seine, vous invite à participer aux Entretiens Albert-Kahn, dans l’auditorium du Musée départemental Albert-Kahn

Jeudi 7 mars 2024 de 9h30 (accueil café dès 9h00) à 13h00 (suivi d’un apéritif)

Du rêve à la réalisation de soi : Quels leviers pour accompagner l’accomplissement professionnel des jeunes filles ?

Confirmation indispensable avant le 28 février 2024 à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Selon le Baromètre Sexisme (Viavoice pour le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes), le sexisme perdure en France et ses manifestations les plus violentes s’aggravent. Ce tableau au niveau international est également relayé par une discrimination forte sur l’accès aux études supérieures, sur l’attractivité des filières scientifiques et techniques ou d’excellence et aux emplois bien rémunérés.

L’atelier prospectif avec de jeunes collégiennes effectué en amont de cet Entretien Albert-Kahn par les services départementaux a montré qu’elles savent ce dont elles ont envie et que leurs volontés sont affirmées. Les jeunes filles relèvent que la société, tout comme elles-mêmes, porte des stéréotypes sur le rôle des hommes et des femmes même si elles ont le sentiment que la société est en train de changer. Elles ont le sentiment qu’il ne leur sera pas facile de réaliser leurs rêves, mais qu’elles pourront y parvenir avec de la ténacité. Qu’est-ce qui explique alors qu’une autocensure s’installe chez les jeunes filles et les jeunes femmes ? D’où viennent les freins à leur réalisation, de la société, des hommes ou d’elles-mêmes ?

Quel est le constat rétrospectif de l’évolution du sexisme en France en particulier chez les jeunes collégiennes et lycéennes ? Comment les jeunes filles se projettent-elles dans leur future activité ?

L’OCDE fait remarquer que la réduction des écarts entre les sexes ne requiert pas des réformes coûteuses, mais plutôt une concertation des efforts entre les parents, les professeurs et les employeurs. Quelles sont les expériences réussies d’émancipation, quels rôles pour la famille, l’école et les réseaux sociaux ? Quel est le rôle de l’environnement, et comment créer les conditions de l’émancipation des jeunes filles d’aujourd’hui ?


Avec les contributions de :

Camille Bedin est conseillère départementale du canton de Nanterre 2, déléguée à l’égalité femmes/hommes. Elle a suivi des études à Sciences Po et à l’Essec et est aujourd’hui cadre dirigeante en entreprise. Elle est cofondatrice de deux associations encourageant l’ambition des jeunes des quartiers pour lutter contre l’autocensure et les inégalités d’accès à l’éducation, l’orientation et l’information.

Céline Mas est Présidente d'ONU Femmes France et membre du Haut Conseil à l'égalité. Chevalier dans l'Ordre National du mérite pour plus de 20 ans consacrés à l'égalité entre les femmes et les hommes. Elle est par ailleurs entrepreneure sur des sujets d'impact sociétal et de promotion de la lecture et écrivaine.

Anne-Flore Baron est diplômée de l’Ecole Polytechnique et ingénieur en intelligence artificielle

Elise Cathala est chargée d’études au sein de l’institut Viavoice et en charge du Baromètre Sexisme pour le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) depuis 3 ans. Elle participe régulièrement à des conférences dans le but de promouvoir les études d’opinion publique auprès du grand public. Elle est diplômée d’un master de recherche en sociologie politique de Sciences Po Paris.

Diane Dessalles-Marti est chargée de mission bénévole au Pôle Egalité des chances de l’École Polytechnique et s’occupe en particulier de l’Opération Monge qui vise à mettre en relation de jeunes élèves ingénieurs, encore en cycle d’études, avec des lycéens et des lycéennes pour les sensibiliser à l’intérêt de ces études. Après des études universitaires scientifiques, à l’Ecole Polytechnique, puis à l’Ecole nationale supérieure des télécommunications, Diane a effectué sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieure dans le domaine de la santé (imagerie médicale, réseaux d’images, organisation hospitalière).

Amel Kefif est directrice générale de l’association « Elles bougent ». Diplômée d’un master en communication et relations publiques, elle complète sa formation en 2017 à l’université du Michigan (USA) avec une certification en stratégie de négociation et d’autre part à HEC Paris avec une certification en stratégie d’entreprise, avec pour professeur Xavier Fontanet (ancien PDG d’Essilor). Elle débute sa carrière pour un groupe industriel américain spécialisé dans l’assurance risques et dommages industriels, FM Global Insurance, puis elle fonde en 2008 une société d’événementiels et développera quelques années après des filiales en Europe pour le marché B2C. Elle vend sa société et intègre en 2015 une industrie familiale spécialisée dans le travel retail et l’assurance intégrée aux produits de voyage – Bibelib – comme directrice des partenariats et du développement international. En mai 2017, elle rejoint le gouvernement, en tant que chef de cabinet de la secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et la lutte contre les discriminations. En janvier 2021, elle prend la direction générale de l’association « Elles bougent ».

Solène Verdier-Play est étudiante en première année à l’Ecole Polytechnique.

Laetitia Vitaud, diplômée de HEC (2002) et agrégée d’anglais, est autrice et conférencière sur le futur du travail. Experte au lab de Welcome to the Jungle, elle accompagne l’équipe éditoriale de ce média depuis janvier 2019 sur les sujets liés au management, au recrutement, aux ressources humaines et au futur du travail. En 2020, elle a créé le podcast Nouveau Départ avec son conjoint et une newsletter en anglais sur l’avenir du travail avec une perspective féministe, Laetitia@Work. Elle a publié quatre livres, parmi lesquels « Du labeur à l’ouvrage » (Calmann-Lévy, 2019) et « En finir avec la productivité : Critique féministe d’une notion phare de l’économie et du travail » (Payot, 2022). Elle a enseigné l’anglais en classes préparatoires et la politique américaine à Sciences Po pendant près de 10 ans avant de créer sa propre entreprise pour faire de la recherche sur les évolutions du monde du travail. Après plus de 5 années à Londres, elle vit maintenant en Allemagne.

 

Programme de la matinée

Introduction

Georges Siffredi, Président du Département des Hauts-de-Seine
« Feuille de route du Département des Hauts-de-Seine en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes »

Céline Mas, Présidente, ONU Femmes France

Le sexisme en France : une question dépassée ?

Elise Cathala
« L’Etat du sexisme en France : présentation des résultats du Baromètre Sexisme 2024. Focus sur le sexisme des jeunes de 14-34 ans, sur la famille, les études, la vie professionnelle et les réseaux sociaux. »

Promotion des études et parcours professionnels scientifiques et techniques auprès des jeunes filles et de publics issus de la diversité

Témoignage vidéo de Solène Verdier-Play, étudiante à l’Ecole Polytechnique et d’Anne-Flore Baron, ingénieure en IA

Diane Dessalles-Martin
« Les actions du Pôle Egalité des chances de l’Ecole Polytechnique et d’IP Paris »

Amel Kefif
« Susciter les vocations auprès des jeunes filles et l’émancipation économique des jeunes femmes »

Quelles perspectives ?

Laetitia Vitaud
« La place des femmes dans l’avenir du travail »

Camille Bedin
« Quelles perspectives pour la décennie à venir pour renforcer l’accomplissement professionnel des jeunes filles et des femmes ?»

Ces EAK seront suivis d’un apéritif à 13h.